Il ne vous aura pas échappé dans la vidéo du top 10 que le Royal Barrique 2016 a été marqué par deux tubes d’exception :

  • celui de Maxime Huscenot – vainqueur
  • celui d’Arnaud Binard – 2ème

Départager ces tubes n’aura pas été simple pour le jury qui a repassé chaque angle de très nombreuses fois, avant de se prononcer. Pourtant, 4 membres du jury sur 5 ont choisi celui de Maxime, le dernier membre refusant de se prononcer.

Pourquoi ? C’est ce que nous allons essayer de comprendre.

Le tube de Maxime Huscenot

[youtube=https://www.youtube.com/watch?v=s9YJzNjqby0]

 

Le tube d’Arnaud Binard

[youtube=https://youtu.be/MRGEyZs2ug4]

 

Les observations du jury

Photographe : Olivier Marci - Surfeur : Maxime Huscenot
Photographe : Olivier Marci – Surfeur : Maxime Huscenot

Sur la photo du bottom turn de Maxime Huscenot (par Olivier Marci), la vague fait 3,5 fois sa taille (règle à l’appui, entre le bas de vague et la lèvre avant qu’elle tombe), si on considère que dans cette position il y a environ 1m20 entre son pied avant et son bras, la vague serait à plus de 3 mètres entre le haut de la lèvre et le bas de vague.

Toutefois nous ne sommes pas là pour évaluer la taille réelle de la vague, mais pour comparer celle de Maxime avec celle d’Arnaud.

Photographe : @Kerchromatic - Surfeur : Arnaud Binard
Photographe : @Kerchromatic – Surfeur : Arnaud Binard

En comparant les photos et les vidéos, la vague d’Arnaud est moins grosse que celle de Maxime mais d’une bonne taille tout de même, plus de 2 mètres.

Sortons le chronomètre à présent ! Arnaud reste plus longtemps dans le tube (plus de 5 secondes) que Maxime, qui reste sous la lèvre un peu plus de 3 secondes.

Maxime sort après le souffle, assez nettement. Et sur l’angle de Franck Charbonnier (caméraman le plus au sud) on ne voit quasiment jamais Maxime. C’est un peu différent pour Arnaud, car il n’y a pas de souffle, mais plusieurs sections dans lesquelles Arnaud navigue, et il disparaît deux fois sur l’angle de Franck, prouvant qu’il reste très profond dans le tube.

Photographe : Olivier Marci - Surfeur : Maxime Huscenot
Photographe : Olivier Marci – Surfeur : Maxime Huscenot

Le fait qu’il n’y ait qu’une seule longue section et qu’il sorte après le souffle sans que personne ne puisse le voir évoluer dans le tube rend la sortie de Maxime un peu plus surprenante.
Mais on pourrait considérer que c’est parce que la vague de Maxime est moins ouverte, donc moins parfaite qu’il disparait de notre vue, tandis que celle d’Arnaud reste ronde (et parfaite) du début jusqu’à la fin.

Au niveau du drop maintenant. Maxime nous l’a dit lors de la remise des prix, il avait une planche un peu courte et on voit que l’avant de la board manque d’accrocher lors du bottom. Pour ajouter un peu de piment, Maxime utilise directement son bras pour freiner.

Photographe : Estim Association - Surfeur : Arnaud Binard
Photographe : Estim Association – Surfeur : Arnaud Binard

Quant à Arnaud il a un take off plus simple du fait que la vague est sensiblement plus petite mais il passe in extremis sous la lèvre car une section lui tombe dessus, courtoisie du président du Jury Thomas Baché qui était lui aussi bien placé sur cette vague et a arrêté de ramer voyant Arnaud partir. Cela rend le tube encore plus long et compliqué, ne laissant que très peu de temps à Arnaud pour se caler.

Maxime prend de la vitesse dès le début du tube et relance en voyant la section qui tend devant lui. Il adapte sa ligne pour sortir par la dernière ouverture encore possible avec la vague qui « pinche ». Arnaud, lui, navigue dans son long tube parfait, passe section après section en ayant la bonne ligne du début jusqu’à la fin.

Si on récapitule voilà comment pourraient se comparer les deux vagues :

  • taille de vague : Maxime
  • longueur du tube : Arnaud
  • technicité & profondeur du tube : Maxime
  • technicité du drop : Maxime

Voilà ce qu’en ont pensé les membres du jury. Et vous, qu’en dites-vous ?

Redécouvrez ces tubes avec le heat analyser !